Menu
 

> Faq-Roulons-Electrique > blackout

Risque de Blackout en France ?

 
  •  Vert      : pas de risque prévisible sur 7 jours
  •  Jaune   : pas de risque pour la journée mais risque de jour orange à annoncer sur les prochains 7 jours (par prévision météorologique)
  •  Orange : Jour où soit RTE a émit un bulletin de marge de sécurité réduite (en dessous de la norme d'exploitation en sécurité)
       et/ou soit nos ingénieurs ont détecté un déséquilibre ou la panne d'une grosse unité qui pourrait provoquer un délestage voir un black-out
  •  Rouge   : Jour où le délestage est quasi obligatoire au moment des heures de pointe pour éviter le black-out - Risque de black-out élevé
  •  Noir      : Risque de Black-out imminent
  • Une page technique d'explication de la prévision sera mise à disposition à chaque alerte significative.

Cette prévision ne tient pas compte des événements non prévisibles au moment de la définition de la couleur du drapeau telles les pannes simultanées, les catastrophes naturelles, les conflits, grèves, émeutes, etc...

Événement particulier - 24 janvier 2017 23H00

RTE publie à nouveau une alerte manque d'offre "marge de sécurité dégradée" pour le 25 janvier dans la matinée. Il manque 1 Gigawatt pour être dans la norme du cahier des charges de sécurité. La vague de froid persiste, ce soir 23H00 -5°C à Villeurbanne.

Événement particulier - 23 janvier 2017 23H00

RTE publie à nouveau une alerte manque d'offre "marge de sécurité réduite" pour le 24 janvier dans la matinée malgré qu'une tranche nucléaire de plus ai repris du service. Ce soir sur la région lyonnaise froid polaire, plus froid que les prévisions: par exemple à Villeurbanne à 23H00 -6°C , pas souvent depuis 30 ans une telle température négative. Nous maintenons le drapeau orange.

Événement particulier - 19 janvier 2017 19H53

RTE publie à nouveau une alerte manque d'offre "marge de sécurité réduite" pour le 20 janvier dans la matinée. La marge de sécurité n'est que de 1,903 GW alors qu'elle devrait être de 4 GW au minimum. Il y a donc un risque de délestage si survient 2 pannes fortuites cumulant plus de 1,9 GW.

On peut considérer qu'une fois 10H00 passé sans encombre ce vendredi 20, que la France sera tirée d'affaire pour cette première vague de froid hivernale. Nous remettrons le jaune, car il manque toujours 4,5 GW de production nucléaire non reconnectée au réseau à cette heure.

Cette vague de froid a été couverte grâce:

  1. a une importation de puissance allant jusqu'à 4 GW.
  2. a un gros tirage sur le stock d’énergie hydraulique
A noter les stocks d’énergie hydraulique (niveau d'eau dans les barrages de retenue) sont au plus bas (plus bas jamais atteint pour un mois de janvier depuis des décennies, les bijoux de famille ont donc déjà été vendus). Il reste en stock 1500 GWh au lieu de 2700 GWh en 2015 à la même date et 2000 GWh en 2016 à la même date. Nous avons donc grillé avec 7 semaines d'avance la capacité de parer à de mauvais coup météo.

Événement particulier - 18 janvier 2017 23H55

RTE publie une alerte manque d'offre "marge de sécurité réduite" pour le 19 dans la matinée. La marge de sécurité n'est que de 1,799 GW alors qu'elle devrait être de 4,1 GW au minimum (régle du cahier des charges RTE). Il y a donc un risque plus important de coupure tournante entre 8H30 et 10H30 ce jeudi 19 au matin.

Nous sommes à la limite de mettre le rouge. A la moindre double panne de centrale il y aura des délestages. Tout va se jouer sur la production éolienne et solaire disponible le 19 au matin entre 8H30 et 10H30. A noter que la production éolienne a chuté de 1GW en fin de soirée du 18.

Événement particulier - 18 janvier 2017 14H00

La pointe de ce matin 92,5 GW a eu lieu à 9H45: couverte par 55,5 GW de nucléaire, 13,6 GW d'hydraulique, 9,45 GW de Gaz, 2,9 GW Charbon, 3,4 GW de Fioule, 4,7 GW Eolien, 1 GW de solaire et 0,8 GW de Bioenergie seul 1 GW ont été importé pour passer ce cap 1er record de cet hiver, nous fumes sauvé par l'éolien ce matin. Il restait au grand maximum une marge de 3 GW en important plus le reste de capacité était quasiment au maximum disponible... la moindre panne aurait posé de grosse difficulté ce matin.

La météo étant un peu moins froide que les prévisions de début de semaine, le risque de blackout (sauf panne fortuite) est donc écarté pour ce soir avec une estimation pointe de consommation identique à la pointe de ce matin mercredi 18 janvier.

Toutefois nous trouvons curieux que la prévision de ce soir ne soit pas nettement au dessus de celle du matin à l'instar de la courbe de mardi pointe du matin 88,1 GW et pointe du soir 91,1 GW. soit 3 GW de plus. Normalement la pointe de ce mercredi soir devrait plutôt être de 95 GW par rapport au 92,2 GW annoncée. Il est probable que cette prévision intègre donc des coupures contractuelles d'alimentation de quelques grands sites industriels...

Un nouveau point (sauf incident) sera fait Jeudi 19 14H00 pour jeudi soir, toutefois nous estimons que nous seront sauvé par la météo un peu plus clémente que celle prévue (heureusement). Couvrez vous bien !

Événement particulier - 17 janvier 2017 14H00

La remise en route progressive de tranches de centrales nucléaires permet au parc nucléaire français d'assurer 55 GW, donc par rapport à l'annonce du 13 janvier, nous avons gagné 1,3 GW soit un peu plus d'un demi degré de température extérieure couverte supplémentaire. C'est le petit plus qui devrait permettre de passer sans encombre la pointe de ce mardi soir (sauf panne fortuite naturellement). Il y a de plus du vent qui va apporter 1,5 GW supplémentaire par rapport au minima éolien. La pointe de demain mercredi et après-demain jeudi reste par contre toujours aussi problématique. il manque au moins 5 GW. A suivre.

Événement particulier - 13 janvier 2017

Malgré la libération par l'ASN d'EDF afin que les 9 tranches nucléaires suspendues pour control des cuves des générateurs de vapeur puissent reprendre du service et décaler le control de celles restant à contrôler, il se présente un problème sévère pour la France à partir du 18 Janvier 2017 compte tenu de l'arrivée d'une vague de froid par l'Est pouvant ressembler à l’événement de février 2012. Les centrales nucléaires arrêtées ne pouvant être relancées à très court terme. (Procédure de démarrage à respecter).

Regardons les chiffres du coté des moyens de production non fatals:

Le 8 février 2012 à 19H00 (dernier record français), la consommation de pointe de la France fut alors de 102,1 GW dont 59,5 GW de nucléaire, 7,9 GW de gaz et 5,4 GW de charbon

A ce jour le parc nucléaire français produit 53,7 GW donc 5,3 GW de moins et le parc charbon a été réduit de 5,4 GW à 2,9 GW soit 2,46 GW de moins. Coté Gaz la puissance disponible a aussi été légèrement réduite 7,9 GW à 6,7 GW soit 1,2 GW de moins.

Nous en sommes donc a au moins 8,96 GW de moins de disponible soit une puissance France pour jeudi 18 janvier de 102 GW - 8,96 GW = 93 GW (sans pannes fortuites bien évidement)

Le 12 février 2012 au moment de la pointe l'importation avait été de 7,4 GW chiffre ré-obtenu le 2 décembre 2016. Donc pas de marge connu à ce jour sur cette filière, n'oublions pas que toute l'Europe est concernée par cette vague de froid attendue à partir du 18 janvier 2017.

La France a donc un capacité réduite (8,96 GW de moins par rapport au standard attendu pour la période janvier février) ce qui représente une température moyenne non couverte de 8,96 GW / 2,3 GW par degré soit = 3,89 degrés de température extérieure couverte en moins.

Donc si la vague de froid est de 3,89 degrés moins froide que celle du dernier record du 8 /2/2012 cela passera très juste sans coupure mercredi. Pour jeudi prochain cela semble impossible car les prévisions de consommation sont supérieures à 100 GW.

En conséquence RTE annonce ce jour dans les médias un plan d'urgence en 5 étapes progressives :

  1. import maximum (7 GW espérés mais c'est déjà intégré !)
  2. action citoyenne afin d'inciter à réduire sa consommation (éteindre les pièces inoccupées, décaler l'usage de machine à laver etc) pendant les heures de pointe, entre 8h et 13h, puis entre 18h et 20h (de 1 à 5 GW de baisse espérés)
  3. arrêt de quelques sites industriels très consommateurs (1,5 GW à gagner)
  4. baisse de la tension de 5% (1 GW à gagner sur la partie effet joule chauffage qui est proportionnelle à la tension)
  5. coupures tournantes courtes (moins de 2 heures) pour éviter le black-out général qui serait dramatique.
Aussi, nous mettrons le rouge à partir du mercredi 18 Janvier 18H00 si les prévisions météorologiques se vérifiaient.

Événement particulier - 3 janvier 2017 18H45

Au pire moment de la journée la centrale nucléaire BELLEVILLE-2 1,3 GW est sortie du réseau. Cet incident confirme que la France est au bord du gouffre sur le plan électrique sur les seuls créneaux 8H00 à 9H00 du matin et 18H30 à 20H30 quand la température extérieure est inférieure à 0 degré ce qui est le cas en ce moment.
L'Inefficacité de l'éolien terrestre en France est démontrée, en période anticyclonique d'hiver signe de grand froid il n'y a pas de vent alors que c'est à ce moment que l'apport de puissance serait utile et aurait une rentabilité pour la collectivité.

Le solaire a assuré dans sa tranche jusqu'à 2,2 GW 2 fois l'éolien au même horaire mais malheureusement pas aux heures de pointe aussi.

Ce Mardi soir, c’est passé très juste vers 19H15 grâce aux 6 GW de puissance d'importation.

RTE émet un bulletin d'alerte pour le 4 janvier de 8H00 à 12H00. La centrale Belleville-2 est planifiée pour reprendre du service le 4 janvier. Reste que les autres centrales nucléaires arrêtées par l'ASN ne sont pas recouplées au réseau à ce jour. Par rapport à Janvier 2016 le parc nucléaire est moins puissant de 6 GW, une paille !!!!!

Le Orange est mis pour la journée du 4, ou le passage au rouge sera immédiat en cas d'une autre panne fortuite d'une autre tranche nucléaire. Nous attaquons le 3 jours EJP de la saison pour cette journée et c'est normal pour ce type de journée.

Événement particulier - 6 décembre 2016

L'ASN autorise sous condition EDF à redémarrer (dès que les nouveaux contrôles en cours seront validés par eux) les réacteurs Bugey 4 (880 Mw), Gravelines 2 (910 Mw) , et Tricastin 1 (915 MW) , 3 (915 MW) et 4 (915 MW).
Voilà qui éclaircie l'horizon du passage des grands froids de Janvier et Février.
Nous revenons au niveau jaune, le vert devrait être remis dès que ces tranches auront effectivement été recouplées au réseau.

A signaler ce jour à 8H35, une gréve à Cruas réduit des 3/4 la production de la tranche Cruas 1,
Est-ce logique qu'une gréve puisse avoir de l'influence sur la conduite d'un réacteur nucléaire aux procédures hyper-sécurisées?
tout cela ne parait pas très sérieux obligeant la France à importer pour compenser de l’électricité produite avec du charbon et qui de plus tue des gens... en pleine période de pollution de l’atmosphère

A noter, cette grève a pris fin le 6/12/2016 à 21H00

Événement particulier - 1 décembre 2016 Bilan d'une journée critique

Pointe du matin 81,493 Gw couvert avec 5,2 GW de puissance d'importation
Pointe du soir 80,480 Gw couvert avec 4,2 GW de puissance d'importation
Par chance la prévision du matin 81GW pour le soir n'a pas été atteinte et cela à juste compensé la panne fortuite de St Alban 2 (-1,3 Gw)
On peut féliciter la conduite du réseau France par RTE qui a su trouver de la ressource on ne sait ou...

Je joins à votre sagacité la capture de l'onduleur de mon centre de calcul, dommage j'ai raté le log du 1/4 heure précédent.

Il est possible que RTE est activé le volet baisse de tension du plan de secours d'urgence qui devrait être dévoilé le 5 décembre au français qui vont être mis à contribution pour passer l'hiver vu l'arrêt provisoire de 5 tranches nucléaires par l'ASN pour control de l'acier du bas de cuve des générateurs de vapeur du circuit primaire des tranches concernées.
Pour information, la tension normale de mon secteur la journée est de 230 volts.
Date
(jj/mm/aaaa)
Heure
(hh:mm:ss)
Tension réseau
(Volt)
Fréquence réseau
(Hertz)
Tension de sortie
(Volt)
Niveau de sortie
(%)
Niveau de batterie
(%)
 
01/12/2016
19:03:31
216
49
230
13
100
 
01/12/2016
19:04:00
221
49
230
13
100
 
01/12/2016
19:06:00
223
49
229
13
100
 
01/12/2016
19:08:00
224
49
229
13
100
 
01/12/2016
19:10:00
224
50
229
13
100
 
01/12/2016
19:12:00
220
49
230
13
100
 
01/12/2016
19:14:00
222
49
229
13
100
 
01/12/2016
19:16:00
224
49
229
13
100

Enfin à noter que le redémarrage de Paluel 3 suite à panne courte fortuite est repoussé de 24 heures au 2 décembre à 20H00, heureusement le vendredi traditionnellement la France consomme un peu moins d’électricité...

Événement particulier - 1 décembre 2016 16H20

La tranche N°2 de la centrale nucléaire de St Alban est tombée en panne totale à 16H20 ce jour, juste avant la période critique 1,3 GW de moins de disponible...
Redémarrage prévu dans la journée du 2 décembre. A notre avis la situation devient grave compte-tenu du froid et que RTE a republié à 13H30 un avis marge critique, la réserve du système était alors de 2,8 GW, donc 2,8 - 1,3 GW= 1,5 GW la marge de sécurité déjà réduite est donc déjà consommée à 50%, la prochaine panne avant 19H00 sera fatale au cas elle survenait, il n'est pas impossible qu'il y ai dès ce soir une baisse de tension ou des coupures tournantes par zone durant l'heure critique... Ce n'est pas le moment de prendre des ascenseurs.

Événement particulier - 1 décembre 2016

RTE diffuse un message d'alerte manque d'offre pour ce jour.

Tableau de marge
Le passage des 19H00 du 30 novembre est passé grâce à une réduction provoquée ou exigée de la consommation (ou et méthode utilisée inconnue) on voit très bien un fléchissement de la progression de la consommation à partir de 18H45 sur la progression logique de la consommation sur cette pointe en comparant les courbes avec les jours précédents.
Par ce moyen artificiel un gain d'environ 1GW à été obtenu sur les 20 minutes critiques et donc c'est passé très juste le 30 au soir avec 3,5 GW de puissance d'importation et (3 GW déclarée la veille dans le tableau de marche) de marge de sécurité du système (réserve ultime fioul ? non activée).

L’arrêt non prévu de la tranche Paluel 3 pour 24 heures (réparation d'un équipement sur le circuit primaire vapeur) a bien faillit être la goutte d'eau qui aurait pu tout faire basculer malgré que Paluel 1 ait été recouplé la veille (fin d'une longue maintenance planifiée).
Cette tranche Paluel 3 devrait être recouplée au réseau le 1er à 23H00 (après la pointe de 19H00), reste donc à passer la journée ou le froid commence à sévir sérieusement température négative annoncée cette nuit et au petit matin sur la moitié nord de la France.
La moindre panne sera non gérable, nous mettons donc la couleur orange pour le 1er décembre. Risque de régulation non négligeable du réseau (coupure tournante, baisse de tension, etc..)
On ne pourra pas compter sur les éoliennes car bien évidement en période de grand froid anticyclonique il n'y a pas de vent à l’intérieur les terres. Hier à 19H00 les éoliennes ont poussé seulement 1 GW en moyenne sur les 20 minutes critiques du jour sur plus de 4,9 GW d'éoliennes de puissance maximum constatée de cette filière. Une énergie dite fatale par RTE.

Événement particulier - 4 novembre 2016

L'ASN n’autorise pas EDF à redémarrer en l'état les réacteurs Bugey 4 (880 Mw), Gravelines 2 (910 Mw) , et Tricastin 1 (915 MW) , 3 (915 MW) et 4 (915 MW). - Ces cinq réacteurs font partie des réacteurs passés au crible par EDF à la suite de la détection d'une anomalie dans la composition de l'acier de leurs générateurs de vapeur.

La puissance disponible France est réduite par cette décision de 4,35 GW soit 2°C de température moyenne extérieure non compensés. La France ce jour à 8H00 du matin a importé la puissance 7,3 GW ce qui correspond presque à la puissance maxi des lignes d'échange entre pays voisins...

Ce jour le nucléaire couvre 41 GW, à la même période l'année dernière le nucléaire couvrait 50 GW et on exportait 8,6 GW... La France a perdu 9,5 °C de température moyenne en couverture. En gros à partir d'une température moyenne France de zéro extérieur sur 24 heures on coupe l'alimentation par zone!. On est très loin du record du 12 février 2012 ou la capacité électrique était de 102,1 GW pour couvrir la vague de froid avec les 7 GW d'import durant les heures de pointes qui sont déjà utilisés ce jour...

On va vers un problème majeur cet hiver pas de soleil en hiver et peu de vent en condition anticyclonique. Les fameuses énergies fatales ! C'est à dire qu'elles sont non disponibles au moment ou l'on en a besoin.

Le groupe électrogène de notre centre de calcul a été révisé, le plein de carburant fossile fait au cas ou.... Nous vous conseillons de faire de même pour votre sécurité. Pour nous Lundi 7 et Mardi 8 novembre prochain seront surement Orange

Événement particulier - 18 octobre 2016

l'ASN oblige EDF a arrêter provisoirement 5 tranches nucléaires (réacteur 4 de la centrale de Tricastin (Drôme, du 22 octobre au 19 décembre 2016), le réacteur 1 de Fessenheim (Haut-Rhin, du 10 décembre au 3 janvier 2017), le réacteur 4 de Gravelines (Nord, du 17 décembre au 10 janvier), le réacteur 1 de Civaux (Vienne, du 23 décembre au 15 janvier) et le réacteur 2 de Tricastin (du 23 décembre au 15 janvier) pour contrôler le cuvelage bas des générateurs de vapeur fabriqués au Japon. Il y aurait un excès de carbone dans certaines zones de l'acier de ces cuvelages... alors que sept sont déjà à l’arrêt non prévus pour control ou transformation (Civaux 2 (redémarrage prévu 8/11/2016), Dampierre 3 (redémarrage prévu 15/11/2016), Gravelines 2 (redémarrage prévu 15/11/2016), Tricastin 1 et 3 (redémarrage 1 et 3 prévue 23/12/2016), Saint-Laurent B2 (redémarrage prévu 5/11/2016) et Bugey 4 (redémarrage prévu 15/11/2016)) C'est une très mauvaise nouvelle pour la sécurité nationale.

Graveline 1 à l'arrêt depuis le 20/8/2016 pour rechargement devrait reprendre du service le 19 novembre 2016

Paluel 1 à l'arrêt depuis le 9/4/2016 pour rechargement devrait reprendre du service le 13 novembre 2016

Penly 2 à l'arrêt depuis le 27/8/2016 pour rechargement devrait reprendre du service le 4 novembre 2016

Fessenheim 2 à l'arrêt depuis le 13/6/2016 pour rechargement devrait reprendre du service que le 31 mars 2017 (après le pic de froid)

Graveline 5 à l'arrêt depuis le 9/4/2016 pour rechargement devrait reprendre du service que le 31 mars 2017 (après le pic de froid)

Bugey 5 à l'arrêt depuis le 27/8/2016 pour rechargement devrait reprendre du service que le 31 mars 2017 (après le pic de froid)

La moindre pointe de froid ou panne d'une centrale avant le 15 novembre 2016 posera problème.

Apres le 15 novembre, on peut affirmer que si la température moyenne France passe sous les -3°C sur 24 heures il y aura cet hiver des coupures tournantes d'électricité en France aux heures de pointe et tant que les réacteurs concernés ne seront pas reconnectés au réseau ce qui dépendra du résultat des analyses à venir. Bien évidement il n'y aura pas de période verte cette hiver. La France étant placée sous le courroux de la météo. EDF mis en garde solennellement par la ministre de l'énergie et de l’environnement reste optimiste car d'ici la pointes traditionnelles de mi janvier à fin février (non revues depuis février 2012 pointe 101,7 GW soit 20 GW au dessus de 2011 à la même époque) les réacteurs auront put être contrôlés. Reste à savoir si ils obtiendront après control l'autorisation de redémarrage de l'ASN.

EDF suspend sine die ses contrats de vente à ses concurrents d'électricité nucléaire ce qui ne résout en rien approvisionnement de base des français les lignes d'interconnexion entre pays étant déjà utilisées à leur maximum durant les périodes de pointe d'octobre 2016 là ou il n'a pas de soleil par définition et ou les temps sont froids par la présence d'un anti-cyclone et donc peu de vent à l'intérieur des terres (donc peu d'éolien terrestre)

Par rapport à la même semaine (17/10/2016 au 21/10/2016) de 2015 (19/10/2015 au 23/10/2015) le nucléaire a assuré 7 Gigawatts de moins de puissance ce qui est compensé par de l'importation au lieu d'exportation ! et un gigawatt de plus au gaz. Donc toutes les marges de sécurité import export sont déjà utilisées sur cette 3ème semaine d'octobre alors qu'il ne fait pas encore vraiment froid.... C'est très inquiétant pour les mois qui viennent.

Événement particulier - 7 octobre 2016

La France est obligée d'importer de l'électricité ! La consommation est supérieure de 1,5 GWatt par rapport aux prévisions de l'avant veille, vague de froid mal anticipée... C'est un très mauvais signe pour la saison hivernale qui approche. Il manque déjà l'équivalent de 1 tranche nucléaire (Graveline 4 et Cruas 2 sont en indisponibilité à 50%) pour assurer l'autonomie de la France et bien entendu il n'y a pas de vent significatif (froid de période anticyclonique) ni soleil à l'ouverture des bureaux le matin. On met le Jaune car en cas de panne fortuite de 2 tranches nucléaires de plus la situation sera critique.

Événement particulier - 21 septembre 2016

13H45: Plus d'électricité sur la moitié du département du Rhône - Origine de l'incident inconnu à cette minute - 1 GWatt de consommation a disparu d'un coup sur le réseau - 30 minutes après l'incident retour de l'électricité sur le secteur de Villeurbanne.

Événement particulier - 18 juillet 2016

Le point sur l'état de nos centrales de production: Il manque 2 Gigawatt de production non polluante en France cet été.... Une alerte manque d'offre a été émise ce matin par RTE pour la période 10H00 - 16H00. La France importe de l’électricité à prix fort et fait tourner ses centrales à charbons pour 1 GWatt , c'est la honte ! Le jaune est maintenu car nous sommes en été mais en hiver cela serait niveau orange. Et bien évidement il n'y a pas de vent pour faire tourner les éoliennes.... L’éolien par définition n'est pas disponible par grandes chaleurs ou grands froids car c'est qu'il y a un anti-cyclone sur la France !

Événement particulier - 28 juin 2016

Le point sur l'état de nos centrales de production: Plus de 6 GW sont en pannes "fortuites" à 15H00 ce jour, cela commence à faire beaucoup. Une chance que les besoins soient faibles en ce moment, pas encore la climatisation...

En attendant une partie de la production est assurée au fioul (0,2GW), au charbon (0,4GW) et au gaz (3,6GW) et l'on se permet d'exporter cette production polluante, c'est à rien n'y comprendre...

Événement particulier - 24 juin 2016

publication d'une alerte par RTE alerte pour la journée du 24 mai 2016 entre 9H00 et 15H00, il n'y a aucune marge de sécurité entre les moyens de production disponibles et les besoins. Nous mettons le niveau jaune compte-tenu que nous sommes en été

Événement particulier - 2 mai 2016

13H00 - Fin d'alerte, le temps est au radoucissement en France Nouvelle alerte sévère pour la journée du 2 mai 2016

Le niveau orange est maintenu pour le 2 mai au matin

La vague de froid en cours n'était pas planifiée - record de froid jamais vu depuiz 1945 pour un 1er mai. 20 cm de neige dans le Beaujolais. La marge de sécurité requise pour la sécurité du système est de 4200 mégawatts Les moyens de production prévisionnels disponibles n'offrent qu'une marge non utilisée 3424 mégawatts pour un pic prévu à 9H00 de 62200 mégawatts soit 6% de la capacité.

Ce qui veut dire que si Lundi matin 2 mai une panne intervenait sur 4 tranches il y aura coupures tournantes en France d'électricité...

Situation jamais vue depuis 4 ans en France. Les liaisons Allemagne vers la France (au charbon vont être sollicitées à leur maximum) et ce n'est pas le vent qui va nous sauver.

Événement particulier - 28 avril 2016

Mise en place du niveau Orange RTE signale un niveau "alerte" - Manque de disponibilité de production ce 28 avril 2016 entre 7H00 du matin et 13H00

Le bilan prévisionnel de la fin de cette journée n'est pas mis en ligne... Nous sommes à 1 Gigawatt de la limite de la marge de sécurité requise, il suffirait que 3 tranches s'arrêtent pour provoquer un blackout

Pas de vent pour sauver la situation !

La France importe de l’électricité d'Allemagne à base de charbon voilà le véritable revers de l'énergie éolienne, elle n'est pas disponible lorsque que l'on en besoin.

Et comme par hasard un séisme de niveau 5 s'est produit ce matin en Charente maritime, c'est typiquement ce type d’événement qui peut mettre à l'arrêt préventif de plusieurs tranches de production pour des raisons de sécurité.

Fin de Surveillance active mars 2016

Prochaine Surveillance active à partir du 15 octobre 2016 sauf incident particulier


 

Marge de sécurité pour la dernière semaine à risque en période de surveillance active:

Prévision active février 2015 compte tenu de la baisse des températures.

8/2/2015 : Fin d'alerte jaune, la remontée des températures accompagnée de la hausse du vent (hausse de la production éolienne) nous mets à l'abris pour au moins les 8 prochains jours (sauf grosse panne)

5/2/2015 17H30: Passage en mode de sécurité dégradé suite à la panne de CHINON 4 (904 MW) qui vient se rajouter à la panne de 3 tranches charbon représentant 1,6 GW. La perte est donc de 2,5 GW, cela fait beaucoup juste au mauvais moment. Passage au niveau rouge possible vers 18H30 en fonction des événements.

4/2/2015 15H00: retour à la normalité, la tranche N°2 de la centrale de Paluel est remontée à son niveau nominal après quelques atermoiements dans la mâtiné, de plus le vent se lève sur la France et donc apporte 2GW de plus, donc ce soir cela passera avec très peu d'importation si le vent "énergie dite fatal" se maintient.

3/2/2015 12H24: Panne ==> Passage au niveau orange la marge de sécurité de 3GW est partiellement rognée. La centrale de Paluel 2 est tombée en panne fortuite à 10H40: 1,3GW en moins, retour programmé le 4/2 au matin. Il y a donc un risque sérieux pour la pointe de ce soir 19H00. Il n'y a pas de vent pour que la production éolienne prenne le relais, la France importe de l'électricité dès midi ce jour au lieu de fin de journée programmé. Rappelons que 3 autres centrales sont en panne partielle fortuite (Blayais 2, Chelas 1, Golfech 1) réduisant la capacité de production de 0,7GW non planifiée. Donc au total c'est 2GW de perdu soit en gros un degré de moins température extérieure couverte.

19H30 La France a passé le cap des 88 GW à 19H00 grâce à 3,1 GW d'importation nette de puissance au lieu d'allumer ses centrales au fioul . Demain sera plus froid, nous verrons si la tranche 2 de la centrale de Paluel sera recouplée au réseau pour lever le niveau orange pour passer le cap des 89,3 GW prévus.

2/2/2015 Froid, manque de vent conduise à un potentiel de baisse des températures de 6° maximum sans pénurie par rapport à ce jour. Les centrales électriques au fioule vont devoir reprendre du service à partir du 3 février 2015. Donc le drapeau Jaune est mis.

La France va devoir importer de l’électricité entre 18H30 et 20H30 ce qui risque d'être plus compliqué que les années précédentes vu l’arrêt de centrale nucléaire en Belgique.


Calculée à partir des prévisions quotidiennes effectuées par RTE pour la France et concernant la disponibilité des moyens de production électrique, la puissance nécessaire au passage des pointes de consommation de la journée, ainsi que la température moyenne sur le territoire, on en déduit d'une part la marge en puissance permettant de supporter une panne de centrale, et d'autre part la capacité à absorber une chute de température non prévue.

En utilisant un coefficient de proportionnalité entre température et puissance de chauffage, estimé à environ 2 GW par degré, on en déduit la marge de refroidissement supportable avant saturation des capacités de fourniture de courant (toujours dans l'hypothèse d'une limitation aux moyens de production maîtrisables nucléaire et thermiques et non fatals (c.à.d sans tenir compte ni de l'éolien ni des importations).

Voir la page de suivi détaillé des prévisions et des réalisations RTE pour 2014 ainsi que les diagrammes de production de groupe des centrales nucléaires

Pages d'informations complémentaires: évolution pluri-annuelle des températures en hiver en France

La France est sauvée très temporairement par le réchauffement climatique en ce mois de février 2014 - Regardez pourquoi il aurait manqué 24 GW à RTE si l'on était propulsé dans l'hiver février 1956. (powerpoint 4Mo)

Buts de cette page sur le risque de blackout en France métropolitaine

Nous avons choisi de traiter de ce sujet depuis le 11 janvier 2014 dans le wiki Electricité France pour les raisons suivantes:

  • RTE lance une alerte de diminution de marge de sécurité à l'horizon 2016 :(Lire l’actualisation 2013 RTE du Bilan prévisionnel de l'équilibre offre demande)
  • Nos tableaux de suivi hebdomadaire filière de production versus consommation montre un resserrement sérieux de la marge de sécurité en période de grands froids aux heures de pointe.
    Voir notre page de présentation de l'historique des disponibilités effectivement constatées et des arrêts fortuits enregistrés en 2013 ainsi qu'en 2012 et 2011 .
  • Quelques épisodes presque critiques ont été analysés où l'on est déjà passé à quelques degrés de température extérieure d'une disjonction au moins partielle du système.
  • La fréquence des pannes d'unité de production est en légère progression pour les très grosses unités de plus de 1,3 GW en fin d'année 2013.
  • La politique actuelle du gouvernement Hollande est de réduire la proportion de la production assurée par les centrales nucléaires
    Les CNPE assurent presque 80% de la production en Energie et plus de 55% de la puissance aux heures de pointe l'hiver.
  • L'arrêt envisagé de la centrale de Fessenheim semble une aberration tant qu'une unité de production n'est pas mise en service de capacité équivalente soit 1,8 GW.
  • Le programme EPR a du retard
  • La production éolienne terrestre n'est pas disponible aux moments des grands froids (car présence d'anticyclone puissant)
  • Par définition il n'y a pas de disponibilité solaire photovoltaïque à 19H00 le soir au moment de la pointe
  • La régulation par nos pays voisins a une limite outre la capacité des lignes d'interconnexion.
    C'est aussi notre indépendance nationale et la disponibilité de nos voisins par grands froids à assurer le passage de nos pointes.
  • Les centrales à charbon qui assurent encore 6 GigaWatts en France en 2014 vont être arrêtées pour cause de non-conformité aux nouvelles règles environnementales.
  • Lire dans les Echos du 7/11/2013 la mise en garde émise par Gérard Mestrallet PDG de Gdf Suez sur la situation du parc électrique en Europe.
  • RTE a émis fin novembre 2013 des avis "mode dégradé" de marge d'exploitation inférieure en terme d'équilibre offre demande à la marge de sécurité demandée du système.
    Plus d'information sur le mode dégradé sur le site de RTE
A noter enfin sur le plan strictement économique qu'aucun investisseur privé ne peut se lancer dans la construction de centrale de pointe au gaz ou au fioul car elles ne devraient s'amortir que sur quelques jours par an limité de plus à quelques heures par jour (investissement non rentable). Le groupe SUEZ a renoncé et ferme même des centrales au gaz en France faute de rentabilité - Le principe de l'état qui vend les gains potentiels et garde les pertes prend tout son sens ici dans le cadre des programmes hasardeux de privatisation du passé.

Histoire des blackout

Le dernier Black-out total en France s'est produit le 19 décembre 1978 (il y a plus de 35 ans), un jour pas particulièrement froid vers 9H30 le matin.
L'éclairage a oscillé pendant quelques secondes dans une oscillation de tension qui est allé à la hausse en amplitude durant 5 à 10 secondes puis plus rien.

Le rétablissement a été progressif à partir de la fin de journée, il n'y a pas eu de grandes conséquences grâce à un retour du courant avant la nuit noire et le sous équipement du pays en usage avancé de l'électricité à comparer à 2014, en a limité les inconvénients. La machine à écrire non électrique était encore utilisée et la machine électromécanique n'avait que peu de risque de perdre la boule.

1978 c'était les tous débuts de la mise en service massive des tranches nucléaires et donc le redémarrage a été facilité par la proportion encore importante de centrales maîtrisables en temps réel (par ouverture de vannes sur les barrages ou mise en route de centrales thermiques classiques).

L'informatique en 1978 était à ses premiers balbutiements dans le monde de la PME, les installations téléphoniques étaient au maximum chargées de faire fonctionner pour les données un modem 300 ou 1200 bauds. Les centraux téléphoniques des PTT étaient alimentés par batteries de secours avec plusieurs jours de capacité électrique en réserve et donc le téléphone à fils a continué à fonctionner grâce à une faible consommation des installations. Les portables n'existaient pas et le téléphone dans la voiture était réservé aux préfets ou à quelques grands PDG (vous aviez un véritable combiné téléphonique que vous pouviez raccrocher dans la voiture et un émetteur de 10 Kg dans le coffre du véhicule, une antenne relais couvrait un rayon de 40 km pour 10 utilisateurs simultanés). Système DITEL. C'était bien avant le fameux Radiocom 2000 presque portable.

J'ai pu assister à une scène surréaliste que peu de gens ont connu le 19 décembre 1978. Le hasard a fait que je discutais dans mon bureau le matin du 19 décembre 1978 avec un directeur régional d'EDF Lyon pour étudier des moyens de promotion de l'usage de l'électricité nucléaire en France par des utilisations avancées de l'électricité autour de la pompe à chaleur. Lors de cette panne de courant des plus bizarres, il a immédiatement utilisé mon téléphone à fils (de secours) le temps de voir ce qui marchait encore car notre PABX était en panne faute de courant pour appeler ses services dans la pénombre de mon bureau et a pris congé précipitamment en me disant que la France venait de subir son premier cataclysme électrique - Disjonction totale - Croyez-moi cela marque.

On peut noter aussi, le black-out partiel France-Ouest en 1987 provoqué par l'ouverture d'une ligne THT "pas assez réfléchi" passant au-dessus d'un fleuve en Allemagne pour permettre le passage d'un paquebot de croisière sortant de l'usine qui l'a construit pour rejoindre la mer. Les disjonctions successives en cascade ont été arrêtées grâce aux options prises par les agents de RTE pour limiter l'effet domino. Il s'en est suivi 8 heures de coupures pour la zone France-Ouest. La capitale et le système régalien ayant été sauvés. En Allemagne le réseau THT s'est séparé en deux zones qui se sont mises à fonctionner à des fréquences différentes dû au déséquilibre de charge / demande... pas facile de reconnecter les 2 réseaux.

On peut noter aussi en Californie par sous-équipement un black-out en l'an 2000 et aussi un black-out au Canada dû à un tempête solaire qui a provoqué des surtensions sur le réseau THT. La ville de New-york a connu aussi des 2 à 3 jours sans électricité: Tempête Sandy (Oct 2012) et aussi rupture des lignes THT d'approvisionnement par la glace.

Le Black-out est donc un phénomène catastrophique rare dans des pays développés, c'est un peu comme un gros séisme. Une fois qu'il est arrivé on analyse le pourquoi et on dit plus jamais cela car contrairement au séisme on peut le sentir venir, le prévoir.

C'est ce que nous vous proposons de faire sur cette page dans un but constructif et préventif.

Conséquences envisageables d'un Black-out à partir de 2014

Quelques faits marquants ayant évolué entre 1978 et 2014
Les administrations régaliennes de l'état utilisent les technologies grand public afin de faire des économies.

La production de masse dans le cadre d'un usage grand public fait que l'industriel pour gagner plus optimise sa production en améliorant la performance à moindre coût pour améliorer la compétitivité de son offre: Résultat les militaires ne peuvent plus suivre et se rabattent sur la technologie grand public pour tous les usages similaires.

Il en va pour leur véhicule (terrestre, aérien, maritime), leur système de communication, l'usage du net, la sécurité redondante du net permet son usage via des canaux VPN pour apporter une sécurité de transmission crypté à moindre coût. Les satellites sont partagés entre usage militaire et civil et partagent la même technologie.

Premières alertes significatives de risque de black-out par manque de capacité de production disponible:


Ces journées étaient toute de type Orange, c'est à dire que le moindre incident supplémentaire ou degré inférieur de température extérieur était susceptible d’entraîner un black-out sans délestage de plusieurs GW sur telle ou telle région.

C'est pour cette raison que nous ouvrons cette page qui devient d'actualité et pour de nombreuses années. Que se passera t'il au prochain black-out dans notre société moderne ? .

A - vu du côté des particuliers chez eux:

  • Coupure immédiate des ascenseurs dans les immeubles - nécessitant l’intervention des dépanneurs ou des pompiers pour libérer les passagers. (urgence)
  • Coupure immédiate du chauffage en dehors de la vielle cuisinière à bois ou du poêle à mazout des années 60 ou du système réchaud pétrole (encore faut t-il ventiler, les VMC étant par définition à l'arrêt).
  • Perte du contenu durable des congélateurs au bout de 20 heures (à consommer dans les 3 jours)
  • Perte des moyens de cuisson sauf 100% gaz si vous avez des allumettes
  • Perte de l'éclairage en quelques heures si vous avez des lampes de poche - La lampe de poche à manivelle peut tenir 3 jours en usage intensif avant de casser.
  • Perte des télécommunications immédiates pour Internet et progressive sur portable de 0 à 20 heures (selon état de charge du portable et de la station relais)
  • perte de la distribution d'eau dans les immeubles de moyennes et grandes hauteurs équipés de surpresseur.
  • Dans certains immeubles, inondation des parkings souterrains s'ils sont équipés d'un pompage actif permanent (prés des fleuves)

B - vu du côté des particuliers dans leur voiture :

  • C'est surement l'endroit le plus confortable tant qu'il y a du carburant dans le réservoir, d'abord parce-que dans une voiture il y a un autoradio qui peut marcher longtemps pour s'informer de la suite des événements. Ensuite on peut changer de coin si le réservoir est plein en se chauffant et même éclairer la voie publique. Évitez néanmoins les tunnels routiers.

C - vu de la PME:

  • arrêt de l'informatique en 10 minutes des PME équipées d'onduleur de base
  • arrêt de l'éclairage de sécurité au bout d'une heure
  • arrêt brutal de la production, dans certain cas c'est catastrophique pour des machines produisant à flux continu (exemple production de câble électrique, de tuyaux) Ces industries sont en principe protégées par une double alimentation moyenne tension, mais sans effet en cas de black-out
  • perte des communications filaires (PABX à l’arrêt).

D - vu de la grosse PME:

  • Perte de l'informatique au bout de 8 à 48 heures selon capacité des groupes électrogènes en fiabilité et en carburant
  • Arrêt de l'éclairage de sécurité au bout d'une heure
  • Apparition de risque industriel au bout de quelques jours compte-tenu de la nécessité de clôturer en sécurité des processus en cours avec des groupes électrogènes nécessitant d'être approvisionnés.

E - vu des services publics:

  • Panne du système d’évacuation des eaux usées - arrêt des système de relevage
  • Panne des systèmes en alimentation en eaux un fois les châteaux d'eau vidés et la fin de l'autonomie des éventuels systèmes de sécurité.
  • Parking souterrain près des fleuves (ils se remplissent d'eau à l'arrêt des groupes électrogènes)
  • Inondation progressive de souterrains par infiltration de la nappe phréatique
  • Panne progressive des nœuds de communication du réseau
  • Panne progressive des relais téléphoniques
  • Panne progressive des centraux téléphoniques (téléphone et ADSL)
  • Impossibilité de communiquer avec la population: A noter l'arrêt fin 2013 par soucis d’économie des sirènes d'alerte, d’ailleurs y avait-il des groupes électrogènes pour les alimenter en cas de black-out ?
  • Panne d'éclairage public dans les rues (immédiat) et les souterrains (éclairage de sécurité une heure)
  • Panne de la distribution du carburant (il faut de l'électricité pour délivrer du carburant).

F - vu des services de transport en commun:

  • Les trains s'immobilisent en pleine nature, la SNCF ayant perdu son autonomie pour l’alimentation de ses lignes vis à vis de RTE. Le maillage réseau ferré de France et RTE étant maintenant fortement imbriqué.
  • Les métros s'arrêtent pour la majorité là ou ils sont. Certaines rames peuvent rejoindre la station suivante pour quelques rares lignes de métro
  • Les tramway et trolleybus s'arrêtent là ou ils sont. Les trolleybus hybrides peuvent finir leur ligne.
  • Les ascenseurs s’immobilisent dans les gares et les stations de métro. (Évacuation d'urgence à prévoir)
  • Trains bloqués dans les grands tunnels (sous la manche, tunnel alpin).
  • Perte des systèmes de ventilation dans les tunnels routiers ==> Leur fermeture au trafic véhicule
  • Panne des systèmes de péage automatique ou non
  • Panne progressive des systèmes de contrôle d'accès à la fin de l'autonomie des onduleurs et/ou carburant sur groupe électrogène.
  • Perte du contrôle des systèmes satellitaires à la fin de l'épuisement des réserves des groupes électrogènes et ou leur panne.

G - vu des centrales électriques:

  • Une tranche de centrale nucléaire à l'arrêt à besoin de 22 Mégawatt pour assurer son refroidissement après son arrêt. Une tranche ne peut pas fonctionner au régime de 22 Mégawatt, c'est trop peu, il faut donc un réseau à minima pour assurer la transmission depuis des centrales maintenues en marche (hydraulique) pour assurer le refroidissement des tranches nucléaires qui par définition se sont mises à l’arrêt en automatique faute d'énergie électrique à évacuer sur le réseau. Bien évidement il y a des groupes électrogènes pour assurer le délai entre le black-out et la mise en place d'un réseau minimal de survie.
  • A noter qu'une centrale nucléaire mise à l'arrêt ne peut redémarrer avant 24 heures après son arrêt pour des raisons de réactions nucléaires (ce point sera détaillé ultérieurement par un spécialiste car c'est un point clef de la problématique du black-out et sa durée).

H - Services régaliens de l'état:

En 1999 la gendarmerie a fini de démanteler son système de communication de secours à base de postes radio à tubes permettant de passer des messages de gendarmerie en gendarmerie quel que soit la nature du désastre (flash électromagnétique par exemple).

Que reste t'il en matière de téléphonie filaire sans électronique pour permettre un échange à minimum de message émanent des autorités ?

Les systèmes de communication militaires de véhicule à véhicule seront les plus à même à gérer la situation, assistés par le génie militaire autonome en cas de conflit, encore faut-il qu'il soit sur le territoire national et non pas en mission à l'autre bout du monde.

Délai de sortie d'un black-out ?

Cela dépend bien entendu de l'origine l'ayant provoqué.
Certaines origines pourraient demander plus de 4 ans pour un rétablissement complet, nous tairons cette origine pour des questions de sécurité. Tous les pays sont concernés y compris les USA.

Nous traiterons donc ici uniquement du cas provoqué par un déséquilibre brutal provisoire entre demande et production:

  1. provoqué par la panne brutale d'une centrale importante et/ou son interconnexion au réseau, ou la rupture d’une interconnexion 400 Kvolts. Ces cas sont difficiles à prévoir, ils deviennent juste plus probables dans le cas ou le réseau arrive aux limites de sa capacité.
  2. provoqué par une chute des températures durable qui provoque un besoin pour le chauffage électrique qui va au-delà de la capacité de production des centrales en particulier entre 18H30 et 20H00. Cela se calcule mathématiquement. On sait que la France n'est plus équipée en ce moment pour passer une pointe telle la vague de froid trentenaire du 8 février 2012 à 102,1 GW où il avait fallu 10GW de puissance importée pour passer 1 heure de pointe vu une fois sur un an (soit 10 tranches nucléaires pour une pointe de 1 heure sur un an... c'est du délire sur le plan économique).

Compte tenu du délai minimal de remise en route d'une centrale nucléaire après son arrêt, un nouveau black-out total en France durera bien plus de 24 heures.

Il faut bien avoir à l'esprit que la rupture de charge par disjonction provoque immédiatement en retour élévation de fréquence et de tension qui nécessite l'arrêt d'urgence des moyens de production au risque de tout griller coté usagers et poste de transformation.

Certaines régions fortement exportatrices et bien équipées sur le plan électricité hydraulique seront probablement rallumées avant d'autres une fois que les services minima prioritaires et régaliens seront assurés.

La problématique numéro un pour l'opérateur sera de faire remonter un réseau 400 Kvolts syntonisé à 50 Hz assurant à minima le refroidissement des tranches nucléaires. Une fois ce cap passé cela ne sera que délai pour faire remonter progressivement production et demande, qui sera d'autant plus forte que tous les bâtiments seront refroidis, les onduleurs vides et les urgences de toutes parts.

Toutefois, nous nous interrogeons très sérieusement sur un black-out qui durerait plus que la capacité de maintenir les infrastructures régaliennes de communication en état de marche, permettant en autre de communiquer les ordres de redémarrage et de synchronisation des installations. Bien évidement cette simulation n'a jamais pu être testée en vrai grandeur et pour cause... là est le grand danger à notre avis, par exemple le grand ordinateur chargé de donner l'ordre de démarrage mais qui n'est pas alimenter en électricité (la première poule qui pond l’œuf à besoin d'un œuf pour exister)

Les ingénieurs nous répondrons bien sûr qu'ils ont tout prévu, sauf qu'ils n'ont jamais pu le tester en vrai grandeur car c'est impossible à faire.

Conseils

Démarche citoyenne

Jour rouge et noir :
  1. Chauffage électrique: Baisser vos radiateurs à partir de 18H45 jusqu'à 20H15/20H30
  2. Cuisine : Différer la fabrication de votre repas du soir si vous utilisez plaques de cuisson, four à micro onde et/ou four électrique de 18H45 à 20H15
  3. Baisser vos éclairages en 18H30 et 20H30
  4. Ne pas charger une voiture électrique durant ce créneau (c'est normalement évident pour ceux qui en possèdent)

Ces trois points à eux seuls, appliquer par le quart des français suffisent probablement à écarter définitivement la survenu du black-out.

Pour votre sécurité

Jour noir :
  1. Industrie: Arrêtez proprement tous les processus dangereux au long court
  2. Ne prenez pas d’ascenseur
  3. Ne retirez pas d'argent dans un local fermé d'une banque (risque de se retrouver enfermé)
  4. N'entrez pas dans une salle des coffres
  5. Eviter de sortir et prendre les transports en commun électrique (souterrains en particulier)
  6. Protégez votre informatique
  7. Éteignez tous les appareils en veille inutile

Jour Rouge :

  1. Industrie et PME: reétudiez avec vos équipes les procédures à appliquer en cas de coupure de courant
  2. Ne prenez pas d’ascenseur le matin entre 8H00 et 10H00 et le soir entre 18H00 et 20H30
  3. Ne retirez pas d'argent dans un local fermé d'une banque (risque de se retrouver enfermé) à partir de 18H00
  4. N'entrez pas dans une salle des coffres

Il n'est pas idiot d'avoir chez soi une lampe à manivelle, des bougies, un chauffe plat à bougies, des allumettes, quelques boites de conserves à réchauffer avec un ouvre boite rustique, des bouteilles d'eau minérale et un transistor à pile (avec des piles de rechanges) pour écouter les nouvelles si vous n'avez pas de voiture.

Prévoir plus, c'est idiot car après 3 jours de toutes les façons cela sera la révolution dans la rue et la loi du plus fort si l'électricité n'est pas rétabli après 3 jours.

Gageons que tout sera fait pour éviter le black-out et que le délestage tournant sera utilisé après avoir usé de toutes les capacités de délestage contractuelles que des agents commerciaux des opérateurs d'effacement (NEBEF) vont vous inciter à signer prochainement grâce aux compteurs Linky.

A savoir

Pensez que si vous avez un toit solaire vendant votre électricité à EDF, vous ne pourrez pas vous alimenter durant le black-out, c'est idiot mais c'est comme cela et cela s'appelle la centralisation.
Les malins bricoleurs mettrons quelques batteries et un onduleur qui leur est propre pour se produire leur électricité avec leur toit solaire durant le black out (mais chut c'est un secret)...

Nota: Cette page est fournie gratuitement à titre indicatif par leurs auteurs avec leur expérience personnelle
- Nos lecteurs qui utilisent cette lecture pour prendre des décisions, le font avec leur seul libre arbitre et qui n'engage en aucun cas les auteurs de cette page sur les conséquences de leur décision.
- cette page ne se veut avant tout que d'être pédagogique.
Les informations officielles sont à obtenir auprès de vos fournisseurs respectifs d'électricité sur la réalité d’éventuelles perturbations électriques à venir.
Le site de RTE fourni aussi des indications d'alerte en cas de besoin.

Cette page est protégée par le droit du copyright de leurs auteurs.

Dialogue et questionnement

Le Dialogue est ouvert avec les auteurs de cette page et le sujet risque de blackout sur notre Forum avec votre inscription préalable et vérification anti-spam sur ce lien .


Merci de ne pas copier le contenu cette page mais de plutôt mettre un lien vers celle-ci car elle est par définition évolutive en temps réel.


Retour à la FAQ